VENDUS !

30/10/2017

Bon, avouez les gars, vous vous êtes dit : c’est quoi ce site qui balance et puis plus rien. Ce sont des dégonflés, trois petits tours et puis s’en vont. Bon, on avoue, cet été on a eu mieux à faire, on a préféré voyager et voir Madrid, Amsterdam et leur concept identitaire pour s’inspirer plutôt que critiquer ce qui ne fonctionne pas à Perpignan (on le fait toujours mais en terrasse des cafés). On a bien eu l’idée, un soir en sirotant un mojito chez Pascal, de faire un petit papier sur l’urbaniste génial qui décide où mettre les sens interdits dans notre belle ville, parce qu’on est passés derrière le boulevard Briand et qu’on n’a rien compris aux nouveaux sens circulatoires de certaines rues… Et puis, on ne l’a pas fait, car on s’est dit que parler de la nouvelle politique de recyclage des déchets, trop polie pour être honnête, méritait davantage notre attention.

Et puis…
Non.
Parce que nous, on n’a jamais eu aucune ambition politique, nous ce qu’on veut, c’est que notre Perpignan reste super et pour ça, on préparait notre coup depuis des mois : nous voilà sur Perpi City avec un concept store identitaire qui mettra en avant les atouts de notre cité et de ses acteurs.

Du coup, comme ceux que l’on a froissés peuvent être des futurs clients on s’est dit que finalement, un téléphérique ce n’était pas une si mauvaise idée que ça, que la Tramontane était un concept largement survendu, aujourd’hui tu crois qu’elle souffle mais it’s just an illusion (poop poop poop aha), et que moyennant un arrêt près du centre-ville et de notre futur shop, on pourrait même trouver l’idée bonne.
D’ailleurs, après avoir exploré le concept de la liberté d’expression et ses conséquences, on s’est dit qu’on n’aimait pas en baver ni être contrôlés, hackés, surveillés, et qu’au prochain trip de groupe à Vegas, on sera de la partie, et on dira même que c’est super génial.
À ce propos, on trouve que le Burger-King du Mas Guérido est beaucoup trop loin, et comme on veut éviter de dire que 11 € pour deux heures de stationnement c’est du racket, on serait très contents d’aller chercher à pied nos double-whopper cheese, par exemple à l’ancien mess des officiers qui ne sert à rien, juste après avoir bu un spritz à la Poste chez Julien.

En plus, être bienveillant, c’est très à la mode.
Maintenant qu’on va faire ouvrir un concept-store en centre-ville, on a mûri et on veut être bien avec tout le monde, du coup on n’a aucun frein à retourner notre coupe-vent aussi vite que les travaux de la Loge. Ça va hein, on rigole, ne nous envoyez pas de formulaire n°2035-SD, on l’a déjà eu.
Fabrice, Olivier, Clotilde et deux-trois autres, on est prêt à soutenir le plus offrant (pour la ville, évidemment).

Parce que « Perpignan est Super » reste notre devise for ever.
Et sur ce point, on demeurera incorruptibles.

Allé en haut